Zébus marins ?

A Tulear, presque tout arrive au port par pousse-pousse. Mais ensuite, à marée basse comme à marée haute, le chargement des pirogues se fait toujours par l’intermédiaire des charrettes à zébus. Souvent « pilotées » par des adolescents, elles sont le cordon ombilical entre la terre et les bateaux, seule façon de ravitailler les îles. A marée haute, les zébus sont effrayés par les vagues dans lesquelles ils doivent entrer jusqu’au cou ; pour les faire avancer, les cochers leur pincent la base de la queue !

Cette entrée a été publiée dans Madagascar, avec comme mot(s)-clef(s) , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *