Diatang sous le manguier

Diatang. Le village est paisible en saison sèche quand les rizières sont incultes. Aux heures caniculaires, on s’installe sous le manguier, près du puits pour y faire tout et n’importe quoi et surtout… rien. Lieu de passage, de rassemblement et de convivialité, c’est là qu’on déguste les 3 thés rituels, qu’on savoure les oranges, qu’on se lève pour remplir l’auge d’eau du bétail et qu’on salue les passants : « Kasumaï ? » « Kasumaï kep ! » (Ça va ? Ça va bien !). Parfois on s’asseoit un instant pour demander des nouvelles de la famille ou d’un qui vient de partir loin du village…

Ce contenu a été publié dans Sénégal, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *