Sitapalémo ?

En voyage, on est parfois confronté à des bizarreries de langage…

Certaines facilitent les choses, d’autres les compliquent, surtout quand les habitants essayent de vous faciliter la tâche en traduisant eux-mêmes leurs offres en anglais !  Ainsi, ce commerçant nous allèche-t-il en proposant :« ACHETEZ -EN 2, EMPORTEZ-EN 1 »

 

Parfois, comme au Vietnam, encore marqué par le colonialisme français,

le « JAM BONG » est clairement identifiable et permet de reconnaître…

la saucisse qui se cache davantage sur le nom de  l’étiquette.

 

Prononcez :  Souss Sich !

Ci-dessous, on voit qu’on peut facilement acheter : » MOUSSE? CARAMEN, SOCOLA « 

 

et sur le comptoir :  » GATO et K(R)EM « . Pour l’USA, on cherche encore !

A moins que vous ne préfériez une bonne tranche de BAHNMY

(essayez de prononcer « pain d’mie » en vous bouchant le nez : ça marche !


 

Rue Pho Cu, un hasard ?

Considérons que cette appellation date sûrement de l’époque coloniale française, qu’elle désigne une rue en fer à cheval qui vous ramène à 10 mètres du point de départ par une montée à tirer la langue suivie d’une descente à casser les freins, et vous aurez des doutes sur le hasard.

Cette entrée a été publiée dans Birmanie, Vietnam, Laos, avec comme mot(s)-clef(s) , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *